Invitation à la base aérienne 278

Ambérieu-en-Bugey

31 mars 2012

 

 

Le 31 mars 2012, le Lycée est à l'honneur à la base aérienne 278 d’Ambérieu-en-Bugey.
Le lycée a été invité à présenter le film « Paroles Résistantes » qui venait d’être édité en DVD, grâce au soutien financier de l’ONAC.
Pour le lycée: deux élèves, Jonathan ANGUISE et Lisa MONSARRAT - deux des réalisateurs du film -, le Proviseur en exercice, José VAZQUEZ et Jean-Pierre ALLAIS, ancien Proviseur, ainsi que Joëlle TRICHARD, professeur d’histoire, un des professeurs accompagnateurs des élèves durant le film.
La délégation du lycée était renforcée par la présence de trois anciens élèves Résistants : Jean MARINET, Georges MARTIN et René PARISET.

 

L’exposé de ce travail et des différentes actions menées par le lycée et l’Association s‘est fait devant les personnels réservistes et de jeunes candidats à la formation réserviste.

Après une présentation de la base par le Colonel Michel Rouat,  Commandant de la base, puis des actions réalisées au lycée, le film a été diffusé. Dans le débat qui a suivi, les anciens élèves Résistants - trois parmi les huit interviewés par les élèves - ont pu expliquer les raisons et le sens de leur engagement, un mot qui a une forte résonance sur une base militaire. Ce terme a d'autant plus d'écho que, depuis 1982, la base aérienne 278 a été placée sous le parrainage du Colonel CHAMBONNET.

Le colonel Albert CHAMBONNET, officier de carrière de l’Armée de l’air, est aussi un grand Résistant.
Il agit d’abord à côté de Lyon, à Bron, où il organise la Résistance à la base aérienne, base-dépôt de stockage où il a été affecté en 1941. Puis, en octobre 1943, il devient, sous le nom de Résistant de "Didier", le responsable de l’Armée Secrète de la région R1, qui va de l’Ardèche au Jura, de la Loire aux deux Savoie, en incluant la Saône et Loire et l’Isère.
Il est arrêté le 10 juin 1944, place des Terreaux à Lyon. Remis à la Gestapo, il est torturé et condamné à mort. Un attentat organisé contre les Allemands, place Bellecour, est l’occasion de mettre cette sentence à exécution. Il est fusillé, le 27 juillet 1944, avec 4 autres Résistants, enfermés comme lui, à la prison Montluc. Son nom figure sur la plaque de marbre, gardée par le "Veilleur de Pierre", place Bellecour à Lyon.

Fait compagnon de la Libération en 1945, il repose à Cerdon au "Val d’Enfer", au pied du Monument des Maquis de l’Ain et du Haut-Jura.

 

La matinée s’est achevée par un dépôt de gerbe et un moment de recueillement en mémoire des victimes de la barbarie nazie.
Les échanges ont continué de façon plus informelle et très conviviale autour du repas offert par la base d’Ambérieu-en-Bugey.

 

Nous tenons tout particulièrement à remercier le Major Jean-Bernard LEHNERT qui a été à l’initiative de ces échanges. Merci aussi à lui de nous avoir transmis les photos faites lors de cette journée.

 

Le Colonel ROUAT accueille José VAZQUEZ et Jean-Pierre ALLAIS, Proviseur et ancien Proviseur du lycée,

l'un comme l'autre très engagés aux côtés des élèves et des professeurs.

 

Présentation de la base par le Colonel ROUAT

 

Diffusion du film "Paroles Résistantes"

 

 

Débat sur l'engagement

 

 Dépôt d'une gerbe en mémoire des victimes de la barbarie nazie

 

Recueillement

 

  

Echanges avec Georges MARTIN (engagé aussi dans la Résistance cheminote d'Ambérieu-en-Bugey) et Jean MARINET

 

Mémorial des maquis de l'Ain et du Haut-Jura à Cerdon (Val d'Enfer) où repose le Colonel CHAMBONNET.

Photo prise le 27 mai 2017; à droite, Pascal BLANCHETIER, secrétaire général de l'association nationale des Communes Médaillées de la Résistance Française, ravive la flamme.

retour au texte